Cuisine-thérapie?

En ce moment, il y a pas mal de passage à la maison…

Et pas mal de cuisine improvisée du même coup, car je n’ai pas toujours les infos horaires et numériques à l’avance.

Ça ne me dérange pas (tant que la maison n’est pas dans un bazar tel que les préparatifs de dernière minute prennent 10 plombes à effectuer… et qu’il ne s’agit que de ramasser les jouets du PetitDoux de 2 ans qui adore planquer ses petites voitures dans les endroits où je circule le plus!!!).
J’ai toujours aimé cuisiner.
Et après avoir commencé avec quelques livres qui m’ont appris les proportions de base, ça fait bien longtemps que je n’en fais plus qu’à ma tête, m’essayant régulièrement à toutes sortes de crash tests, à base – le plus souvent – de remplacements de matières 1ères les plus employées afin de satisfaire les desiderata les plus divers (sans œufs, vegan, sans produits laitiers, sans gluten, sans sucre raffiné…).

Je vous en parlais ici.
Et là je vous donnais un bon nombre de pistes de cuisine alternative.

Du coup, la pâtisserie est devenue pour moi un véritable exercice de développement personnel, faisant appel à ma créativité, ma concentration, la vigilance de mes 5 sens (bon, le goût et l’odorat surtout, vu qu’à chaque étape ou presque une dégustation s’impose avant d’optimiser le résultat avec des réajustements progressifs! 😜), et surtout une bonne dose de confiance en moi. C’est très libérateur! Pas de pression, je n’atteindrai pas un niveau gastronomique digne de la pâtisserie française à réputation internationale, mais tant que le résultat est agréable à l’œil et au palais de mes convives et aux miens, la situation me convient.

Bref, en ce moment, mon intuition me fait décliner le gâteau chocolat-café sous divers aspects : de la texture pudding au gâteau « classique », en passant par le fondant, le style brownie, le moelleux…
En fait, tout dépend de ce que je choisis comme ingrédients : café en poudre ou breuvage préparé à l’avance, huile d’olive / purée d’oléagineux ou lait de coco en guise de corps gras, farine de blé complet ou flocons d’avoine, chocolat noir ou au lait, e tablette fondue ou réduite en poudre au thermomix, bananes ou poudre de konjac e guise d’ « œufs »… Une constante majeure : le bicarbonate de soude en guise de levure pour aérer un peu tout ça.

 

Voilà en photos la dernière version de mes ingrédients :

Un joli mélange chocolat café en poudre…

(Et nouillette comme je le suis, j’ai oublié de prendre la photo à l’arrivée : c’était un brownie! Très vite consommé… 😜😜😜)
Et vous, comment et pour quoi cuisinez-vous? Quel est votre maître-mot : lâcher-prise ou rigueur?
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *