Pourquoi est-ce que les questions sur le mal de dos m’embêtent?

… Parce que la majeure partie du temps, elles m’arrivent dans un cadre tout autre que celui d’une consultation.

Ce sera par exemple, de manière détournée, au cours d’une conversation qui n’a rien à voir (oui oui, Maman, tu peux te sentir visée!!!), quelque chose du genre : « Ah, Une Telle de mes amies souffre terriblement du dos ; le chirurgien orthopédiste est en vacances ; je vais te donner son adresse mail pour que tu lui envoies des conseils de points pour calmer tout ça… »
Autant dire que cet échange m’a fortement agacée, et pour plusieurs raisons :

1. Chacun est responsable de sa santé. La démarche pour se faire aider doit toujours venir de celui qui souffre, et non d’un thérapeute qui imposerait sa vision des choses (de quel droit?!).

2. Qui suis-je pour envisager, ne serait-ce qu’un instant et avec toute la bonne volonté du monde, de remplacer un chirurgien orthopédiste???

3. Le mal de dos est « le mal du siècle », monstre protéiforme et tentaculaire. Avec 7 vertèbres cervicales, 12 dorsales, 5 lombaires, 5 sacrées, 4 coccygiennes…, autrement dit des zones très différentes ; des maux de dos allant du lumbago à la scoliose en passant par la vertèbre déplacée, l’entorse et la hernie, donc problèmes de nature et gravité variées ; et des causes aussi variées que le coup du lapin (accident sportif ou de voiture, la plupart du temps), la tension musculaire des épaules dans un travail trop sédentaire, l’usure des disques inter-vertébraux avec le temps qui passe, des points de contracture musculaire suite à de mauvaises postures répétées (pensez par exemple aux mamans qui portent toujours leur enfant sur la même hanche, au sac à main lourd et toujours posé sur la même épaule…), aux excès sportifs en tout genre…, autant dire qu’il y a de quoi faire!

4. Et pourtant, je déteste laisser quelqu’un souffrir sans essayer de lui apporter au moins un minimum d’aide si cela est dans mes cordes.

Alors que faire, selon moi?

– Commencer par bien se connaître : localiser l’endroit où on a vraiment mal, repérer le processus qui nous a mené là, identifier les mouvements qui nous font mal, et ceux qui sont carrément empêchés par le problème.

– Une fois que cet état des lieux est fait, évaluer l’intensité de la douleur. Est-elle suffisamment inquiétante pour qu’un peu de repos, quelques étirements / massages en local / auto-stimulations réflexologiques ne puissent pas en venir à bout?

– Si c’est le cas, aller voir son médecin généraliste pour qu’il évalue à son tour la gravité de la situation.

S’il prescrit du repos et/ou des anti-inflammatoires et/ou des myorelaxants (pour relâcher les muscles trop contractés), c’est bon, il s’agit d’un déséquilibre fonctionnel, et le passage chez un praticien en Dien Chan permettra de vite remettre tout ça dans l’ordre en évitant de fatiguer votre système digestif avec des médicaments. https://partoimeme.com/coming-out-ou-quest-ce-que-le-dien-chan/

Quelques huiles essentielles (menthe poivrée, gaulthérie, camomille) bien choisies dans un bon support d’huile végétale (calophylle inophylle, macérât de calendula ou d’arnica, sésame, macadamia) pour se masser ou se faire masser, et des auto-stimulations sur les zones réflexes du visage devraient participer à un prompt rétablissement. La balle de tennis ou de golf pour s’auto-masser le dos, au sol ou contre un mur, est une véritable alliée!
Peut-être penser aussi à une supplémentation en magnésium, ainsi qu’à des infusions de gingembre/curcuma/citron/miel pour leur effet anti-inflammatoire.

S’il est plus réservé dans son diagnostic et propose des radios/IRM/échographie, on s’exécute sans tarder.

S’il évoque des séances de rééducation chez un kiné, on saute sur l’occasion d’apprendre à mieux gérer son corps et ses efforts.

– Une fois les examens spécifiques faits, là encore, deux types de situation se présentent…

Quelque chose a été repéré et un parcours médical spécifique s’engage. Un traitement en Dien Chan peut d’ailleurs être très bénéfique, pour soulager la douleur, et pour limiter le stress et les dégâts supplémentaires qu’il pourrait occasionner.

Ou alors, rien de grave n’est signalé, et dans ce cas, il est temps d’aller se faire soulager mécaniquement de manière ponctuelle par un praticien en kinésithérapie, ostéopathie ou chiropraxie. Ces derniers pourront d’ailleurs parfois vous indiquer qu’il s’agit d’une douleur projetée, due à un souci digestif ou une carie, par exemple! Une cicatrice (les adhérences peuvent créer un souci de mobilité et entraîner des réactions en chaîne) peut aussi être la base de problèmes à distance, il faut y penser, et là encore un praticien en Dien Chan pourra être d’un précieux secours.

Cela étant, parfois, on se retrouve dans une situation hors-norme après ce parcours : douleur intense, mais aucune cause mécanique ou organique identifiée, que ce soit lors des examens de médecine traditionnelle ou ceux de thérapies alternatives.
Dans ces cas-là, il faut s’orienter vers des recherches d’ordre énergétique (un blocage sur un méridien, par exemple, sera du domaine de l’acupuncteur ou du praticien en Dien Chan), ou d’ordre psycho-émotionnel (« en avoir plein le dos », « porter le monde sur ses épaules », « en avoir froid dans le dos »… Ces expressions très imagées montrent bien la dimension psycho-somatique du mal de dos, partie du corps qui exprime très souvent des émotions négatives que l’on traîne comme un boulet, refusant de les voir en nous.)…
Apprendre des techniques naturelles pour soulager le stress sera très utile alors.

Comme vous pouvez voir, il y a là une véritable approche holistique à adopter ; on est loin de l’idée de quelques points d’acupression pour miraculeusement vous soulager!!!

Maintenant que j’ai rappelé tout cela, je vais quand même vous suggérer quelques endroits du visage correspondant au dos, et que vous pouvez masser avec fermeté et délicatesse, pour identifier les zones douloureuses et vous arrêter dessus jusqu’à ce que la douleur s’estompe, en adoptant dans le calme une respiration abdominale (voir les techniques évoquées dans mon article sur l’acupression https://partoimeme.com/entretenir-sa-sante-acupression/ ) :
– tout le haut du front à la lisière des cheveux, sur une bande dont la largeur correspond à deux doigts grosso modo :

– une bande d’une largeur de trois doigts, devant chaque oreille, en partant des tempes pour arriver au bas de la mâchoire

– toute la longueur du nez, en partant juste au-dessus de la zone creuse entre les yeux (siège des tensions cervicales) pour rejoindre le bout du nez, en passant bien sur les narines (qui sont bien souvent liées aux douleurs sciatiques) ;

– le sommet du crâne, de la racine des cheveux jusqu’à l’occiput, sur une largeur de trois doigts.

Avec ça, vous avez de quoi faire… Si vous voulez davantage de précisions, respectez la procédure conseillée puis écrivez-moi un petit message personnel si vous pensez que je peux vous aider! Pour avoir mon adresse, il suffit de demander le bonus du blog. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *