L’éloge du démaquillage

“La femme est bien dans son droit, et même elle accomplit une espèce de devoir en s’appliquant à paraître magique et surnaturelle; il faut qu’elle étonne, qu’elle charme ; idole, elle doit se dorer pour être adorée.
Elle doit donc emprunter à tous les arts les moyens de s’élever au-dessus de la nature pour mieux subjuguer les coeurs et frapper les esprits.
Il importe fort peu que la ruse et l’artifice soient connus de tous, si le succès en est certain et l’effet toujours irrésistible.
C’est dans ces considérations que l’artiste philosophe trouvera facilement la légitimation de toutes les pratiques employées dans tous les temps par les femmes pour consolider et diviniser, pour ainsi dire, leur fragile beauté. »
, disait le grand Charles Baudelaire dans “Le peintre de la vie moderne”, en 1863…
 
Je ne me prononcerai pas sur ce paradoxal Eloge du maquillage et me contenterai pour ma part de chanter les louanges du démaquillage et d’en proposer plusieurs approches.

Petite remarque généraliste : la peau a besoin de respirer!
Poussière et impuretés s’incrustent au fil de la journée dans le film protecteur sécrété par la peau et dans les couches de maquillage accumulées. Il faut absolument “se démaquiller », que l’on soit ou non maquillée de manière effective, pour se débarrasser du teint terni par ce voile de saleté et éviter l’obstruction des pores et autres joyeusetés qui en découlent. Un vrai nettoyage en profondeur est donc indispensable le soir, mais en revanche pas le matin, moment de douceur où l’on pourra se contenter d’une bonne aspersion à l’eau froide ou avec un hydrolat.

Toujours commencer par se démaquiller les yeux et les lèvres avant de passer au reste du visage.
Il faudra être particulièrement vigilante par rapport à tous les cosmétiques contenant des particules de nacre, qui adhèrent fortement à la peau.

Méthode rapide et efficace : prenez une petite noisette de vaseline (ou quelques gouttes de votre huile préférée… C’est cela qui va attirer le gras du maquillage et le « décoller” de la peau. Même les peaux grasses ont besoin d’huile, précisément pour cesser de produire du sébum en excès : Il suffit d’en choisir une non comédogène, du style noisette ou jojoba!) au bout des doigts. Pressez-les sur les cils, avant de les masser pour ôter tout résidu de mascara. Renouvelez l’opération sur les sourcils, avant de passer au démaquillage des paupières, en allant de l’intérieur vers l’extérieur de l’oeil.

Pour ce qui est des lèvres, le procédé est le même. La gestuelle la plus adéquate est celle-ci : partir de la commissure de la lèvre supérieure avec un doigt enduit de « gras » pour aller vers le milieu de la lèvre supérieure, puis faire de même pour la 2ème moitié. Avec l’autre main, on remonte un peu la peau de la joue afin d’élever le coin des lèvres. Ensuite on démaquille la lèvre inférieure de la même manière.

Quand les yeux et les lèvres sont parfaitement démaquillés, nettoyer le reste du visage.
Il s’agit bien évidemment d’être le plus doux possible avec notre peau et de ne pas la frotter.Là encore, on utilise un corps gras que l’on chauffe entre les mains, avant de les poser – doigts bien serrés – bien à plat, pour nettoyer la peau, en remontant du menton vers les oreilles, puis en allant du nez vers l’extérieur du visage, avant de remonter du nez jusqu’à la racine des cheveux (en alternant les mains), puis du centre du front vers l’extérieur.

Ensuite, on finalise tout ça avec une lingette (ou un coton, ou un gant, ou une éponge) lavable, préalablement imbibée d’eau tiède, que l’on passe en faisant de petits cercles sur tout le visage, en la rinçant après chaque passage jusqu’à ce qu’il ne reste plus trace de maquillage ; sauf si on préfère utiliser un savon doux.
Une petite brumisation d’eau florale ou de vinaigre de toilette apporte une touche agréablement aromatisée à ce soin du visage!

Comme on effectue un nettoyage, on s’abstient de masser, pour éviter de faire pénétrer dans la peau les saletés que l’on cherche à enlever, justement. En revanche, toute « l’opération » peut s’achever par un massage du visage qui respectera le même protocole.

Comment choisir son linge de toilette du visage?
Plusieurs options s’offrent à nous, suivant ce qu’on en attend : douceur, exfoliation, finesse absolue, séchage rapide, réutilisation de tissu par souci d’écologie ou d’économie, format du linge (« coton », lingette, gant…)

Les photos suivantes vous donnent l’exemple de ma « collection » assez complète pour le coup! (En fait, comme je ne me maquille plus guère, ces lingettes lavables me servent matin et soir d’aide pour le nettoyage plus ou moins long et complet de mon visage, seulement mouillées avec de l’eau du robinet la plupart du temps. Bien entendu, je fais une exception en me servant d’huile – d’olive! – quand j’ai passé une journée exposée à la solution, ou après une séance de sport, ou quand j’ai mis de la crème solaire, et que j’ai donc besoin d’un nettoyage plus costaud.)


La collection


“Cotons” double épaisseur en bambou piqués à mon bébé : ils viennent des Tendances d’Emma, ce me semble. Tout bio tout bon!


Travail de couture personnelle : petits carrés et mini-gants confectionnés à partir d’une lingette dépoussiérante en microfibre et de biais divers et variés. Séchage ultra-rapide, beaucoup de douceur pour la peau.

 

“Cotons” Lamazuna qui m’ont inspirée pour les modèles des photos précédentes. Ultra-pratiques dans un sac à main, une voiture, une trousse de toilette de voyage… Je leur dois une fière chandelle, car ils ont remplacé au pied levé mes coussinets d’allaitement lavables que j’avais oubliés le week-end dernier… Absorption irréprochable, finesse impeccable dans le soutien-gorge

 

Carré et gant démaquillants H2bio, avec une lingette pour sécher le visage tout à droite. Qualité irréprochable, des années d’usage, bonne tenue sous les tropiques! Même si la microfibre est douce pour le visage, elle apporte une légère exfoliation, parfaite pour le quotidien.

 

Un petit côté vintage avec ces créations en crochet, œuvres de ma sœur, de sa belle-mère, et d’une créatrice Etsy. Là aussi, on assure un gommage mécanique léger, juste avec de l’eau. Et le “grand” carré du milieu me sert de mini-serviette très absorbante quand je suis en déplacement. Ultra-pratique et élégant!

Voilà voilà, une fois de plus un investissement minime pour un bénéfice énorme, peau de soie assurée avec ce protocole digne du “mille-feuille” si chère aux belles Asiatiques. Bons soins à vous!

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *