Déclinons les pains cosmétiques!

Il neige dans le Var!!! 1ère fois depuis 5 ans! Grosse surprise, donc, et super 1ère fois pour notre PetitDoux de 18 mois…, et notre minette tahitienne. 😇
 

 

Passés les 1ers instants d’émerveillement (waouh que c’est beau, toute cette blancheur inhabituelle!) et les 1ers instants de doute (et comment on fait avec l’énorme pente qui nous permet seule de sortir de chez nous?!), mon esprit pratique reprend le dessus.

 

Entre ces frimas et les dents qui poussent, les joues de mon PetitDoux accusent le coup, sans compter sa petite lèvre fendue dans une chute il y a quelques jours.

 

Il me faut donc me mettre au fourneau pour trouver une solution pratique, rapide et efficace pour le soulager…, et pour être utilisée tant qu’à faire par toute la famille.

 

  • Voilà donc ma 1ère tambouille du jour : des pains de massage, produits solides ne nécessitant que deux ingrédients, des moules en silicone/des sticks de récupération, et des boites de rangement à l’arrivée (type boîte à savon) sans aucun emballage inutile destiné à finir ses jours à la poubelle. 

 

Recette simple s’il en est : 20% de cire d’abeille de chez l’apiculteur + 80% d’huile végétale et/ou de beurre végétal de votre choix, en fonction des effets recherchés. On fait fondre à feu doux, on verse dans les récipients choisis que l’on glisse au congélateur pour une heure, et hop, le tour est joué!

 

 

Ici, j’ai choisi de l’huile de coco, toute seule, pour son côté glissant et rentrant bien dans la peau, doucement parfumé, parfaitement adaptée à tous usages : corps, visage, cheveux. A priori, nous nous en servons autant après la douche sur peau humide qu’en massage à sec sur peau de bébé. (Je vais tester aussi sur la pointe de mes cheveux, en toute petite quantité, juste le résidu laissé sur mes mains après massage. On verra bien, c’est sans garantie! 😜)

 

Mais j’aurais pu utiliser de l’huile de ricin pour en faire un soin dédié aux phanères (cils, ongles, cheveux) ainsi qu’un baume à lèvres glossy ; ou de l’huile de son de riz pour un soin contour des yeux de 1er ordre ; ou de l’huile de sésame…

 

Bref, il y a largement de quoi personnaliser la recette!

 

  • Ma 2ème tambouille est presque aussi simple : je suis partie du baume précédent, en lui rajoutant le même volume d’argile verte lorsqu’il était encore liquide, en mélangeant bien. Même protocole ensuite : direction le moule en silicone, puis hop le congélateur. Me voilà donc pourvue d’un pain nettoyant et purifiant très doux à l’argile pour le visage et le corps, histoire de ne pas irriter la peau qui subit déjà moult désagréments hivernaux. 

 

 

L’utilisation est simpliste, puisqu’on s’en set comme d’un savon, on frotte en effectuant de souples mouvements circulaires puis on rince bien. Pas besoin d’hydrater la peau ensuite!
  • La 3ème tambouille est quant à elle un pur crash test! 😜😜😜
Au bout d’un certain temps d’utilisation (quelques années, quand même : 7 ou 8!), je suis moins satisfaite de mes shampoings solides qu’au départ.
Pointes un peu asséchées quand il y a du SCS, lavage moins efficace quand je n’emploie que du SCI… Je vous avais déjà parlé de ça l’été dernier, dans mes réflexions sur la formulation de mes pains de shampoing solide.

 

Après un certain nombre de recherches sur la Toile, je me suis aperçue que je n’étais pas la seule « cosméteuse » à constater cela, et qu’il était probable que ce soit dû à ces tensioactifs pas si doux qu’on pourrait le croire… Plusieurs ont trouvé des solutions alternatives avec lavage aux poudres indiennes, à l’argile, à la farine de pois chiche, à l’œuf…, mais je ne suis pas convaincue par l’effet produit sur ma chevelure. D’autres ont choisi de reformuler leurs shampoings, en mélangeant tensioactifs et poudres lavantes, parfois même en inversant les proportions habituelles : il semblerait qu’on puisse aller jusqu’à 70% de poudres pour 30% de SCI sans que le pain de shampoing ne s’effrite à la 1ère occasion, tout en gardant un côté mousseux facile et agréable.

 

Je n’ai pas étudié le sujet de manière aussi pointue, je me suis contentée de mélanger ce que j’avais à la maison, pour adoucir les tensioactifs : 400g de SCI, 50g de SCS, 150g de poudre d’amla , 250g d’argile verte. Ce qui me donne des proportions peu risquées car on est proche du 50/50. Voilà ma base de shampoing…, à laquelle il me suffit de rajouter de l’eau et un corps gras pour créer un pain solide. Là, j’ai utilisé 70% de base poudreuse + 10% de beurre de cacao (fondu au préalable) + 20% de gel d’aloé véra. Résultat agréable, avec une pâte facile à travailler et à conditionner, toujours dans des moules en silicone (de tailles variées pour en utiliser aussi bien à la maison qu’en voyage!), que je laisse reposer au congélateur.

 

Et voilà le travail!

 

Plus qu’à tester, maintenant! Au pire, s’ils ne me conviennent pas en shampoings, ils seront reconvertis en savons tout doux. 😇

 

Alors, qui va tester ces recettes faciles et si adaptées à la météo hivernale? 🤓
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *