Déclinaisons de baumes faciles

Techniquement, il n’y a rien de plus facile que fabriquer un baume, en cosmétique maison. Il suffit de faire fondre à feu tout doux au bain-marie une cire, de l’huile végétale, et un beurre végétal (ou pas). On rajoute au mélange encore liquide mais pas brûlant quelques gouttes de vitamine E pour éviter l’oxydation (sauf si on s’est servi d’une huile deja très antioxydante), puis on le verse dans un récipient stérilisé au préalable. Et voilà, c’est tout, l’affaire est dans le sac!Seulement, là où les choses se compliquent, c’est sur le choix des composants, en fonction des effets recherchés en plus du côté nutritif par définition du baume (pas d’hydratation à attendre de ce produit qui ne contient aucune phase aqueuse, hein…).

Quelle cire choisir? Cire d’abeille, cire de carnauba, cire de candelilla, cire de soja…? Ou encore une délicieuse cire florale du genre rose/jasmin/tubéreuse, que l’on devrait à mon sens garder pour créer un parfum solide?
Quel beurre végétal choisir? Beurre de karité (la version que je préfère de ce dernier est le fameux Nilotica!), beurre de cacao, beurre de coco ou un de ces nombreux beurres exotiques que l’on trouve un peu partout sur la Toile à présent?
Quelle huile choisir? Olive, amande douce, sésame, ricin, argan, son de riz, noyaux d’abricot, macadamia…?

Je pense que chacun doit choisir selon les critères qui lui sont propres : passion pour l’écologie (et rejet des produits qui viennent de l’autre bout du monde), goût pour le parfum, désir d’un effet particulier, facilité à trouver tel ou tel ingrédient… Et se renseigner au mieux, bien sûr, sur les produits à employer! Je ne suis plus une grande fan de www.aromazone.com depuis longtemps maintenant, à cause de foire sérieux sur la qualité des produits mis en vente, mais la qualité des renseignements que l’on trouve sur le site est incontestable : une vraie bibliothèque très riche en informations, sur laquelle j’invite tout un chacun à aller « travailler ».

Vient ensuite la question de l’approvisionnement… Magasin bio? Grandes surfaces pour cosmétiques en ligne? Petits producteurs locaux?
Là encore, tout est une question de choix personnel.

En revanche, sur la question de la texture du baume à proprement parler, je peux vous faire part des renseignements glanés au fil des ans depuis 2006 grâce à des sources multiples, et surtout expérimentés « dans mon chaudron » par la suite!
Je vous donne des exemples avec mes matières premières favorites : cire d’abeille de chez l’apiculteur, huile végétale liquide genre sésame ou olive, beurre végétal très mou genre huile/beurre de coco, karité ou cacao (non raffiné, avec une odeur gourmande terrible!).

  • Un baume très fluide (genre huile épaissie) sera composé de 5% de cire d’abeille, 5% de beurre de karité et 90% d’HV liquide au choix. Je le conditionne en bouteille à bec verseur, car c’est trop épais pour un spray. Ce fut ma recette préférée enceinte…et 0 vergeture à déplorer à l’horizon.
  • Avec 12% de cire d’abeille et 88% d’HV fluides, on glisse le baume dans un pot. Le résultat sera très souple et crémeux, adapté à une application sur de petites surfaces de peau, pour éviter de gâcher trop de produit et d’en refaire tout le temps.
  • Avec 12% de cire d’abeille + 25% de beurre de cacao et/ou karité + 63% d’HV liquide, le baume devient plus compact, genre baume à lèvres de Nuxe et compagnie.
  • Avec 20% de cire d’abeille et 80% d’HV (fluides et/ou beurres), on aura des baumes en bâton ou barres de massage type Lush, très agréables à utiliser, sans souci de conditionnement autre que de trouver une petite boîte pour leur éviter de prendre la poussière à l’air libre…ou fondre à côté d’une source de chaleur! La température corporelle fait fondre le produit à son contact, laissant un côté huileux à travailler ensuite par massage.
  • Quand vient l’été, on peut augmenter la part des corps gras solides (cire + beurre, donc) jusqu’à 50%.

Et l’astuce pour obtenir un toucher plus sec, et pouvoir ainsi s’habiller plus vite et sans risque de tacher définitivement ses vêtements, c’est de glisser une pincée (jusqu’à 3% du total) de maïzena, arrow root ou autre fécule (pas farine, il faut que ce soit une poudre très fine pour s’incorporer réellement au baume) dans votre mélange encore liquide et de bien agiter.

Voilà voilà! Alors, qui va créer ses propres baumes personnalisés en toute connaissance de cause, à présent? 😇

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *