Personnalisation d’un brûle-encens artisanal

 

Certains ont pu voir passer une 1ère photo sur la page Facebook : je vous proposais de reconnaître l’objet de l’image, et si j’ai eu des suggestions intéressantes, je n’ai pas eu la bonne réponse!

 

 

Comme vous l’aurez compris grâce au titre de cet article, il s’agit là d’un brûle-encens que je me suis procurée sur cette boutique que j’adore et dont j’ai déjà parlé ici à plusieurs reprises

 

Maud Kochanski-Lullien est une passionnée d’Antiquité gréco-romaine… et d’encens qu’elle recrée selon les recettes qui ont pu nous parvenir dans les grands textes d’autrefois. Tout ce qu’elle produit est reconstitué minutieusement à partir d’essences naturelles qu’elle se procure un peu partout dans le monde, pour être le plus fidèle possible à l’esprit de ces encens d’autrefois, « profumum » – mot latin duquel dérive directement notre « parfum » – évoquant les fumées odorantes portant aux dieux les prières des hommes.

 

Le parfum n’était pas démocratisé comme il l’est aujourd’hui, tant s’en faut. Seuls les plus aisés pouvaient y avoir accès, et rarement pour des fins personnelles! Les matières premières qui le constituaient étaient rares, chères, et venaient de loin.
La tradition des rois mages venus honorer Jésus avec les cadeaux les plus grandioses de l’époque – l’or, la myrrhe et l’encens! – nous le rappelle bien!

 

Pour ma part, c’est la prof de lettres classiques ET passionnée de parfum (rassurez-moi : vous aussi vous avez essayé de créer des « parfums » en faisant tremper des fleurs odorantes dans de l’eau quand vous aviez une demie dizaine d’années?! 😜) qui a été séduite par ce travail minutieux et original. J’ai toujours eu un odorat très développé (vive les « sniffathlons » dans les boutiques parisiennes de parfums de niche!!!), et un rapport émotionnel au parfum, que j’associe pour longtemps à la personne qui le porte et au moment de ma vie qui me le fait découvrir. Mais une grossesse étant passée par là, je me suis retrouvée d’un coup avec un flair de limier qui m’a écœurée de certaines choses de manière durable…, notamment des bougies parfumées aux notes que je trouve presque systématiquement trop synthétiques, même celles des grandes maisons que j’affectionnais autrefois : Diptyque, Ladurée, Guerlain… Quelque chose sonne faux et me gêne. Et c’est la même chose pour les cônes et autres bâtonnets d’encens. (Je ne rentrerai même pas dans la question de la pollution provoquée par ce genre de choses : suie, paraffine ou cire végétale, choix de la mèche, qualité des composants des fragrances…!)
C’est comme ça que je me suis rabattue peu à peu sur des poudres et autres résines à brûler pour parfumer l’intérieur de ma maison. Mais l’odeur du charbon de bois me gênait quand même un peu.

 

Vous imaginez ma joie quand j’ai découvert ce brûlé-encens artisanal qui permet de faire chauffer son encens à la flamme de la bougie, directement dans la cuillère, sans charbon et donc sans rien pour parasiter le bonheur olfactif!

 

Objet pratique et efficace, donc.

 

Mais évidemment, la créative que je suis ne pouvait s’empêcher de rajouter son grain de sel et de personnaliser cet objet qu’elle aime utiliser régulièrement.

 

Mon parti pris a été tout simple : je voulais en faire un condensé de nature en utilisant plein de petits cadeaux que Dame Nature m’avait offerts au fil des mois.

 

C’est comme ça que l’on retrouve les trois règnes : animal au travers des coquillages, végétal avec les pétales de roses rajoutés en dernière instance, minéral grâce au petit galet collé en haut de la potence.

 

 

Les quatre éléments se sont invités aussi : la plume pour l’air ; la nacre et les perles pour l’eau ; le bois, les fleurs et le caillou pour la terre ; la bougie pour le feu.

 

Bref, l’inspiration du moment m’a poussée plus loin que ce que j’avais imaginé en début d’après-midi, au bord de la réflexion métaphysique. Et c’est très bien ainsi! 😇🐚🐚🌞🧜🏽‍♀️
Et vous, comment aimez-vous aussi personnaliser ce qui constitue votre quotidien?

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 7
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *