La vie comme un escape game

Ce soir, j’ai fait un grand pas dans ma propre existence. Pas un pas sur la lune, mais un pas vers plus d’amour pour moi-même.

(https://youtu.be/q64W3KZ9ru8

Pour le couplet 3 et le refrain…)

Musique à écouter en lisant l’article

Ce soir, j’ai décidé de m’aimer davantage…, -moi toute seule, pas en attendant un regard valorisant d’un ami ou d’un mari ni même d’un parent, d’un frère, d’une sœur, d’un voisin, d’une collègue, d’un chef…-, et de mettre en pratique cet amour.

Dur dur dans une société judéo-chrétienne où on nous apprend dès le plus jeune âge qu’il faut « aimer son prochain comme soi-même ». Et qu’il ne faut surtout pas trop briller pour ne pas lui faire d’ombre, à ce fameux prochain, qu’il faut faire passer l’autre avant soi, que ce soit pour une part de gâteau ou même dans le langage : le « moi » n’intervient qu’à la fin d’une énumération, dans un français correct…, c’est « toi et moi », pas « moi et toi »…

Alors comment aimer l’autre pour de bon, si on ne s’aime pas soi-même dans le fond? S’il y a toujours une petite voix interne qui nous glisse qu’on « ne mérite pas », qu’on « n’est pas à la hauteur », qu’ « il faut faire passer l’autre en 1er », que « la jalousie est un vilain défaut »… Deux fâcheuses possibilités s’offrent alors habituellement à nous : écoute de la petite voix/dévalorisation/mise sous le boisseau de notre propre lumière ; distractions dans tous les sens pour éviter de l’entendre…mais elle revient dans les moments de silence quand on est seul face à soi-même…, et c’est le cercle vicieux qui nous pousse à nous fuir. (Au lieu de voir que la jalousie est juste un indicateur qui peut être un puissent moteur de réalisation de soi, en nous montrant ce dont nous avons vraiment envie pour nous.)

« Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’unvivers et les dieux. »

C’est cette maxime de Socrate que j’ai eu l’occasion de mettre en œuvre ces dernières semaines. Accepter de regarder en face mon côté sombre, ma peur (refus carrément?) du changement et de l’inconnu au moment où débute une nouvelle année sous le sceau de la reconversion professionnelle effective…

Depuis fin décembre, la vie me malmène : mort de ma grand-mère, perte par mon mari de MA clé de voiture entre l’église et le cimetière (retrouvée juste à temps à la sortie de la messe, cela dit, pour être à temps sur place au moment de l’enterrement : merci à la personne qui l’a trouvée sur le passage piéton et l’a apportée chez un commerçant! ♥️), contexte familial pesant dans lequel je peine à trouver ma place (au sens propre comme au sens figuré!!! Plus de place pour dormir chez mes parents. Il a fallu trouver des solutions en catastrophe!), sensation d’être prise pour une vraie Cassandre/oiseau de mauvais augure lorsque je laisse parler mon intuition – une de mes meilleures et plus fidèles alliées pourtant!-, impression de stagner et de ne pas arriver à aller aussi vite et loin que je veux dans mes projets professionnels, gastro entérite du PetitDoux qui me donne la joie de profiter des couches qui débordent et des vomitos, voisins qui se plaignent du bruit trop tôt le matin… VDM, quoi! 😰

Mais à côté de ça, la vie me gâte : je m’entends mieux que jamais avec ma belle-mère et mes belles-sœurs qui ont fait appel à ma fameuse intuition ces derniers jours aux moments où je doutais le plus de moi, ma tante m’a accueillie à bras ouverts chez elle, mon meilleur ami m’a dégotté les sources administratives dont j’avais besoin pour préparer un entretien, j’ai trouvé une place de parking devant l’entrée en 2 secondes un vendredi soir de soldes dans une zone commerciale bondée, une gentille dame m’a donné plein de gâteaux healthy pour le goûter de mon PetitDoux sur un salon…

Bref, pour chaque « ennui », la vie m’a offert une occasion de réjouissance, une source de gratitude.

Et ce soir, tout cela m’est venu d’un coup à l’esprit!

J’ai pleinement pris conscience de cette succession aussi positive que négative des derniers temps : et ce prosaïquement face à des gâteaux qui ne tournaient pas comme je le voulais… Pourtant, j’avais pour une fois respecté une recette de biscuits qui fonctionne : 500g de farine, un verre d’huile végétale, un verre de sucre, un verre de vin blanc doux de cuisine. Je l’avais à peine modifiée : un mélange d’eau de d’hydrolat de rose à la place de l’alcool… Mais comme c’était trop sec j’ai rajouté un peu de liquide… Et évidemment la pâte est devenue trop collante. 😬🤷🏽‍♀️😢

Au lieu de pleurer sur mon incapacité à réussir quelque chose d’aussi simple ou m’énerver sur le sort qui s’acharnait (mes premières réactions spontanées!), ma petite voix interne a pris le relais en mode « bonne amie » -au lieu du juge cruel habituel qui condamne les extravagances pleines de fantaisie qui me poussent à modifier de manière systématique les recettes que l’on me donne- : « Attends, c’est sans importance. Que peux-tu faire pour arranger ça? ».

Eh bien j’ai rajouté des flocons d’avoine, n’ayant plus que ça sous la main… Et je les ai mélangés à la main justement, moment de pure créativité, qui a tourné à une phase d’introspection / méditation…

Et même si ce ne sont pas les biscuits plats façon sablés que j’avais imaginés au départ, j’ai obtenu de délicieux croquants en forme de macarons à l’ancienne. 😜

Alors voilà, ce soir, j’ai gagné une partie d’escape game, je me suis libérée d’une croyance paralysante, j’ai réussi à inverser la vapeur, à m’échapper juste à temps d’une phase Calimero où j’étais partie pour me percevoir en mode victime de l’hostilité à l’entour… J’ai réfléchi. J’ai agi. A petits pas. Tout petits pas.

J’ai pris conscience des effets de la loi d’attraction : c’est ce que l’on pense que l’on attire à soi, on crée notre propre réalité.

Je vous invite à faire de même. Accepter de voir en quoi vous vous condamnez vous-même dans votre propre vision du monde, et sortir à petits pas de ce moule que vous avez vous-même créé.

Et hop, une petite photo prise début décembre à Porquerolles sur le port pour vous rappeler que la vie est un mélange de rose et de gris…, et qu’il n’appartient qu’à nous -chacun pour soi d’abord, avant de partager avec autrui!- d’en voir toutes les nuances!

Belle et heureuse année à vous ! 🧚🏼‍♀️🕊🧞‍♂️

(Vue de mon bureau le 5 janvier… Feu d’artifice organisé généreusement par Dame Nature au moment du coucher du soleil!)

Laisser un commentaire

quatre + treize =