Et si vous cuisiniez vous-même vos purées d’oléagineux et autres laits végétaux?

Hier, j’ai inventé « le fil à couper l’eau chaude »!!!

Ok, c’est surtout parce que je n’ai jamais fait de recherches approfondies sur le sujet, alors que, si ça se trouve, la grande toile regorge d’informations à ce propos…

Oui oui oui, le « crash test » peut être un art de vie!

Donc voilà, depuis mon séjour sous les tropiques, suite à quelques «petites » mésaventures alimentaires, les purées d’oléagineux et autres laits végétaux ont fait leur apparition dans ma vie, au contraire du beurre et du lait de vache qui en ont franchement disparu.

Évidemment, il ne s’agit guère d’un produit local pour Tahiti, donc comme tout ce qui est importé, les prix sont faramineux!!! C’est comme ça que je me suis intéressée au fait de les fabriquer par moi-même.

Forcément, ma 1ère idée a été de mixer avec un robot très puissant (oui, je suis dotée du thermomix!) des amandes, des noisettes, des noix de cajou…

Le résultat en fut moyen dans l’ensemble : parfait pour les noix de cajou, mais nettement moins pour les amandes, pour lesquelles cela prenait trop de temps pour un goût un peu fade, et encore moins pour les noisettes dont la purée s’avérait sèche et friable.

Je connaissais l’amlou (une recette marocaine ô combien délicieuse, à base d’amandes, de miel et d’huile d’argan), mais – comment dire! – je savais que ma silhouette risquait fort de n’apprécier que moyennement l’aide d’un ajout d’huile.

Quant au fait de mixer à haute température, sur un laps de temps assez long, cela me semblait dangereux pour mon robot, avec les variations de tension, et de toute façon négatif pour les oléagineux qui perdaient leurs vitamines et autres bienfaits pour notre corps.

Du coup, j’en suis restée à la purée de noix de cajou. Et en rentrant en France, vu que les prix étaient nettement plus abordables malgré tout, je suis devenue cliente fidèle des magasins bio pour ce genre d’achat. Puis mon bébé (allaité, hein, – et c’est toujours le cas à 9 mois – ce n’est donc aucunement une source principale de son alimentation!) a montré un goût certain pour le lait de riz/épeautre/noisette – que ce soit dans des petits porridges ou pour adoucir un légume inconnu pour son palais tout neuf – qui refuse tout ce qui n’a pas été cuisiné maison. Tout cela, briques de lait végétal et grands pots de purées d’amandes et de noisettes a commencé à prendre de la place dans mes placards, à alourdir mes sacs de courses, à demander une perpétuelle anticipation pour éviter de me voir prise au dépourvu…, bref, à m’enquiquiner sérieusement.

Mais hier, soudain, trait de génie! Et si j’asséchais un peu mes amandes en les passant brièvement au four? Aussitôt dit, aussitôt fait : 5 minutes au four chauffé à 180 degrés Celsius, puis direction la cuve du thermomix réglé au plus fort, et là, tadaaaam, 2 minutes après, me voilà dotée d’une onctueuse purée d’amandes au bon goût de praliné. Réussite absolue!

Du coup, ce matin, j’ai remis ça avec des noisettes : rebelote, grand succès!

Donc emportée par ce grand élan créatif, j’ai concocté un petit « Franella » (pour plagier sans vergogne le nom si connu de la plus célèbre pâte à tartiner du monde!), avec une plaquette de chocolat noir à 70%, 2 cuillères à soupe de la purée de noisettes que je venais de faire, 1 de la purée d’amandes d’hier, une pincée de sel et une cuillère à café de mélange d’épices (homemade toujours) pour pain d’épices. Bilan des courses, mon mari est en train de se régaler!

Quant au lait végétal, je n’en achète plus : de la purée d’oléagineux délayée dans de l’eau très chaude fait l’affaire. Ou si j’ai envie d’un produit plus élaboré, je procède ainsi : 2 cuillères à soupe de riz cuit + 1 de purée d’oléagineux + 1 de sirop d’agave à mixer dans 500 millilitres d’eau. On pourrait aussi y rajouter des épices, de la vanille, de la fèdu chocolat, de l’eau de rose, de l’eau de fleur d’oranger, que sais-je encore.

Avis, donc, aux mamans qui cherchent des alternatives aux produits laitiers pour les petits ventres sensibles! Il suffira de choisir l’oléagineux en fonction des minéraux qu’il contient ainsi que de son ratio oméga 3/6/9.

Bonne tambouille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *